La diversification alimentaire ne couvre-t-elle pas tous les besoins nutritionnels de l’enfant ?

Jusqu’à 3 ans, le nourrisson a des besoins nutritionnels spécifiques, en particulier en fer, vitamines et acides gras essentiels, qui ne peuvent être couverts par le lait de vache ou l’emploi d’aliments non lactés. Ensuite entre 1 et 3 ans le lait de croissance doit être préféré au lait de vache, pour permettre des apports nutritionnels plus équilibrés.

A partir de 6 mois et jusqu’à 3 ans, il faut compter entre 500 et 800 ml de lait ou d’équivalents laitiers par jour. Il est possible d’ajouter aux 500 ml de lait recommandés un laitage, et une portion de fromage.

Les apports du lait de croissance :

  • Le lait de croissance apporte du fer en quantité adaptée aux apports nutritionnels conseillés chez les moins de 3 ans. La carence en fer est la plus fréquente des carences nutritionnelles dans les pays industrialisés. Elle peut être responsable d’une moindre résistance aux infections d’un retard des acquisitions cognitives, voire d’un retard de croissance et, à l’extrême, d’une anémie.
  • Le lait de croissance apporte des quantités de protéines plus adaptées aux apports nutritionnels conseillés chez les moins de 3 ans. Les enfants ont tendance à manger trop de protéines or, un apport excessif en protéines pourrait majorer le risque ultérieur de surpoids et d’obésité. De plus, l’excès de protéines peut entraîner une surcharge rénale chez le petit enfant dont le métabolisme est en cours de développement.
  • La croissance et le développement rapides d’un enfant de 1 à 3 ans exigent des apports supérieurs en lipides (matières grasses) et acides gras essentiels, du fait d’une dépense énergétique particulièrement élevée par rapport au poids corporel, et parce qu’ils représentent des éléments essentiels pour le développement du cerveau. Ainsi, chez l’enfant en bas âge, la part qu’occupent les lipides dans l’alimentation doit atteindre 45 % de l‘apport énergétique total contre 30 % seulement chez l’adulte. Le lait de croissance apporte aussi des acides gras essentiels.
  • Le lait de croissance apporte nettement moins de sels minéraux et en particulier deux fois moins de sel.
  • Comme tout lait infantile, le lait de croissance est enrichi en vitamine D.

Commenter cet article

Lait de croissance > La diversification alimentaire ne couvre-t-elle pas tous les besoins nutritionnels de l’enfant ?